Le Cinéma Gai allumera les écrans de la capitale cet automne!

INSIDE OUT Festival du cinéma et de la vidéo LGBT d’Ottawa-Gatineau
Du 30 octobre au 2 novembre 2008 www.insideout.ca/ottawa
En sa deuxième édition, le festival Inside Out devient officiellement bilingue et déménage la plupart de ses projections au Musée des beaux-arts du Canada! Unique événement dans la capitale nationale, Inside Out offre une tribune de choix à des productions qui sont rarement présentées en salle. Sa programmation rassemble des créations de fiction, de documentaires et des oeuvres indépendentes des quatre coins du monde. Certains seront divertissants, d’autres, par contre, nous révèlerons des situations plus dramatiques qui ont marqué ou qui marquent encore notre communauté.
Suivant la projection du film d’ouverture Razzle Dazzle de l’Australie, la fête Drag-A-Rama à la Galerie SAW promet d’égayer les festivaliers avec performances, DJs, vidéos et l’exposition Radical Drag.
En association avec le centre d’art médiatique SAW Vidéo, le festival annoncera un nouveau programme pour stimuler la production vidéographique locale intitulé Le Prix Video Virgin Award.
Les billets seront en prévente jusqu’au 29 octobre à Venus Envy (320, rue Lisgar) ainsi qu’en ligne à www.insideout.ca/ottawa
PROGRAMMATION, HORAIRE ET LIEUX
Le jeudi 30 octobre à 19h / Empire 7 Cinemas
Razzle Dazzle par Darren Ashton | Australie
Razzle Dazzle, produit par la même équipe que le film Les Aventures de Priscilla, reine du désert, lève le voile sur le monde des compétitions de danse en Australie. M. Jonathon dirige sa propre école de danse depuis huit ans et se sent au quotidien investi d’une mission envers ses jeunes élèves. La danse n’est pas seulement un sport ou une simple distraction, c’est aussi un moyen de délivrer un message, d’éveiller les consciences à travers les pas qu’il inculque, quitte à passer pour un excentrique. Oser est son credo. Miss Elisabeth, sa principale concurrente, est de la vieille école. Elle enseigne la discipline, la rigueur aux jeunes filles qui fréquentent son Académie de danse. Un gramme de trop ou un port de tête trop relâché pourrait bien ruiner leur chance de remporter la plus importante compétition de danse d’Australie. Entre rivalités et caprices, coups bas et crises d’hystérie des mamans prêtes à tout pour assurer la victoire de leur progéniture, qui remportera le concours?
Le vendredi 31 octobre à 19h / Musée des beaux-arts du Canada
Affinity par Tim Fywell | Canada, R.-U., Roumanie
Basé sur le roman de Sarah Waters (Tipping the Velvet), le film Affinity nous plonge dans la prison de Millbank et ses voleuses, criminelles et faussaires, ses avorteuses et mères maquerelles. C’est dans l’inquiétant climat de l’une des geôles les plus lugubres de l’ère victorienne que Margaret Prior, dame patronnesse, rencontre la charismatique médium spirite Selina Dawes qui, bien qu’incarcérée, ne cesse de clamer son innocence. Au fil des visites, Selina dévoile son étrange histoire, et Margaret est irrésistiblement entraînée dans un monde crépusculaire de séances de spiritisme et d’apparitions, d’esprits insoumis et de passions incontrôlables… Affinity nous plonge dans un univers fascinant et nous offre une histoire envoûtante où le suspense monte sans répit jusqu’à un dénouement final étonnant.
Le vendredi 31 octobre à 21h30 / Musée des beaux-arts du Canada
Boystown (Chuecatown) par Juan Flahn | Espagne
Victor travaille dans une agence immobilière dans le quartier gai Chueca bien connu de Madrid. Cependant, il cache un secret épouvantable : il rend des appartements disponible pour la vente en assassinant les vieilles dames qui les habitent. Une fois remis à neuf et décorés, il les vend au prix fort aux couples gais. Son objectif suprême est de transformer Chueca en un quartier gai exclusif. Rey, qui vit dans un des appartements de Chueca avec son conjoint Léo, hérite de l’appartement voisin après que Victor ait assassiné le precedent propriétaire. Il décide donc de l’offrir à sa mère, Antonia, une vieille dame se mêlant et s’immisçant constamment dans la relation entre son fils et Léo, qu’elle méprise. La victime suivante de Victor vient d’apparaître… En espagnol avec sous-titres anglais
Le samedi 1er novembre à 14H / Musée des beaux-arts du Canada / Entrée libre
Objets Mystérieux: Les courts métrages d’Apichatpong Weerasethakul (Thaïlande)
Si les longs métrages d’Apichatpong Weerasethakul l’ont imposé comme l’un des cinéastes les plus originaux et libres de la scène contemporaine, les courtes pièces qui parsèment son parcours sont beaucoup moins connues et ont été très peu vues. Variées et inclassables, ces oeuvres courtes sont le fruit de démarches diverses – installation , vidéo, film, commande (My Mother’s Garden pour Dior). Brassant la fascination duelle d’Apichatpong pour le mystère et la vie quotidienne, entre contemplation et fantaisie, présent et mémoire, durée et fragmentation, elles entretiennent des liens complexes avec ses longs métrages. Ces courts permettent en somme d’étendre et de bousculer notre compréhension du travail du mystérieux Apichatpong… Présenté par SAW Video
Le samedi 1er novembre à 16h45 / Musée des beaux-arts du Canada
XXY par Lucìa Puenzo | Argentine, Espagne, France
XXY est l’histoire d’Alex, une adolescente de 15 ans avec un secret : elle est hermaphrodite. Peu après sa naissance, ses parents décident de quitter Buenos Aires pour s’installer sur la côte uruguayenne, dans une maison de bois perdue dans les dunes. XXY commence avec l’arrivée d’un couple d’amis venus de Buenos Aires, accompagnés d’Alvaro, leur fils de 16 ans. Le père, un spécialiste en chirurgie esthétique, a accepté l’invitation en raison de l’intérêt médical qu’il porte à Alex. Une attirance inéluctable naît entre les deux enfants qui va les obliger à affronter leurs peurs… Des rumeurs se répandent dans la ville. On commence à dévisager Alex comme si elle était un monstre. La fascination qu’elle exerce risque désormais de devenir dangereuse.
Le samedi 1er novembre à 19H / Musée des beaux-arts du Canada
Les Secrets (Ha Sodot) par Avi Nesher | Israël, France
Dans Les Secrets, on raconte l’histoire de Naomi et Michelle, deux jeunes femmes brillantes et pétillantes qui cherchent à s’émanciper de l’orthodoxie, sans concession, de leurs familles. Naomi, experte de la Torah fuyant un mariage arrangé par sa famille traditionelle, se réfugie pour un an dans une midrasha (école religieuse pour femmes). C’est alors que les deux filles vont croiser la route d’une femme (Fanny Ardant) qui, après une vie tourmentée et des années de prison pour avoir tué l’homme qu’elle aimait, est venue chercher la purification et obtenir le pardon de Dieu. Un voyage au sein des croyances et coutumes, des rites et mythes. En français et en hébreu avec sous-titres anglais
Le samedi 1er novembre à 21h30 / Musée des beaux-arts du Canada
Were the World Mine par Tom Gustafson | États-Unis
Le premier film du réalisateur Tom Gustafson a été un triomphe sur le circuit festivalier, gagnant plus de vingt prix à travers le monde. Timothy, un ado qui se fait intimider par ses pairs, décide de prendre le rôle principal dans une version musicale de Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare. La distribution des rôles va le mettre côte à côte avec le beau Jonathon, un sportif qui figure régulièrement dans ses phantasmes. S’inspirant directement de la pièce, Timothy décide de créer une potion magique pour que son amour pour Jonathon soit finalement partagé…
Le dimanche 2 novembre à 14H / Musée des beaux-arts du Canada
She’s a Boy I Knew par Gwen Haworth | Canada
La cinéaste Gwen Haworth s’installe cette fois-ci devant sa caméra dans ce documentaire simple et franc sur les longues années qu’il lui a fallu pour devenir une femme. Ce film méditatif se veut moins la chronique d’une succession d’interventions chirurgicales qu’une réflexion sur les relations avec ses proches, qui permet de cartographier les transitions qui prennent place dans le cercle intime de Gwen, du côté de sa famille, de ses amitiés et de ses amours pendant cette période cruciale de transformation du soi. Une série d’entretiens en tête à tête, de photographies, de lettres et de messages téléphoniques laisse amplement d’espace à sa mère, son père, ses soeurs, son épouse et ses amis les plus proches pour qu’ils puissent partager leurs histoires et s’exprimer sur cette métamorphose. Leurs paroles, si elles sont parfois pénibles à écouter de par leur honnêteté, expriment la peur et la colère, mais aussi leur compréhension et leur soutien. Un film qui raconte de manière exceptionnelle le périple d’une famille qui apprend à gérer le changement et – tout comme elle doit le faire aussi – à accepter Gwen comme elle est.
Précédé par: Cyprien, moi et les autres par Jean-Baptiste Dumont | Belgique
Cyprien va se marier et demande à son meilleur ami d’être son témoin. L’occasion pour Jean-Baptiste de faire enfin son comingout. Pas si simple quand socialement tout vous sépare, à moins d’en faire un film entre autofiction et documentaire.
Le dimanche 2 novembre à 16h45 / Musée des beaux-arts du Canada
The World Unseen par Shamim Sarif | Afrique du Sud, R.-U.
Au fur et à mesure que l’apartheid impose sa loi brutale et resserre son emprise sur Cape Town, le Location Café, géré par l’impétueuse Amina, demeure une oasis pour tous les marginaux du quartier : une serveuse noire, un partenaire commercial « de couleur », Jacob et une maîtresse de poste blanche nommée Madeleine. Bravant les lois injustes et malgré les visites fréquentes des policiers, Amina s’entête à briser tous les tabous. Un jour, elle rencontre une mère de famille mariée plutôt traditionnelle, Miriam (Lisa Ray), et c’est le coup de foudre. Miriam réussit tant bien que mal à contenir sa fascination pour la rebelle Amina, mais elle prend rapidement conscience de l’ampleur des contraintes familiales auxquelles elle est assujettie. Pendant que Jacob et Madeleine entreprennent timidement une relation amoureuse, Amina décide de donner à Miriam des leçons de conduite qui risquent d’avoir des conséquences libératrices… Film sur les victoires douces-amères remportées en dépit d’outrages incessants à la décence et à la dignité, The World Unseen nous rappelle que la résistance n’est pas toujours futile et qu’elle est paradoxalement parfois la seule chose qui nous permet d’affirmer notre visibilité.
Le dimanche 2 novembre à 19h / Musée des beaux-arts du Canada
Les Témoins par André Téchiné | France
Les Témoins (André Téchiné, Les Roseaux sauvages) est un film remarquable d’un groupe d’amis et de l’amour qui les lie ensemble. Manu débarque à Paris en été 1984, où il partage la chambre de sa soeur (Julie Depardieu) dans un hôtel modeste. Il fera la connaissance d’Adrien et nouera une amitié chaste et joyeuse avec ce médecin quinquagénaire, qui lui fera découvrir le style de vie de son milieu. Au cours d’une balade en bateau, Adrien présentera à Manu, Sarah (Emmanuelle Béart) et Mehdi, un couple de jeunes mariés qui vient d’avoir son premier enfant. Une passion amoureuse imprévue et l’irruption de l’épidémie du sida, encore perçue dans les médias et l’imaginaire collectif comme une peste moderne et honteuse vont bouleverser le tranquille agencement de ces destins particuliers. Chacun va devenir acteur et témoin d’un drame contemporain, où ceux qui ne mourront pas ressortiront peut-être plus forts, mais en tout cas pas indemnes. En français avec sous-titres anglais
Le dimanche 2 novembre à 21h30 / Club SAW
Top Ten (Programme de Courts-Métrages)
Une programmation de courts-métrages primés du monde entier, sélectionnés par Jason St-Laurent, directeur de la programmation.